Présente-nous ton parcours…

Après plusieurs années d’expérience dans l’hôtellerie restauration, j’ai travaillé à mon compte dans l’organisation d’événements. Lancé dans mon esprit entrepreneurial, j’ai souhaité monter un bar à vin et fromage mais le projet n’a pas abouti. Après cet échec, j’ai souhaité me reconvertir en tant que commercial. J’ai donc intégré la Commercial Academy et je suis aujourd’hui chef de secteur chez CARON PISCINES.

 

Pourquoi as-tu intégré la Commercial Academy ?

Je voulais m’orienter vers une fonction commerciale mais je n’avais pas de formation initiale dans ce domaine. Le dispositif répondait pleinement à mon projet professionnel, j’ai donc décidé de tenter l’aventure et cela à fonctionner.

 

Qu’est-ce que la Commercial Academy t’a apporté ?

La Commercial Academy m’a apporté énormément de compétences notamment sur les techniques commerciales à adopter et la posture à avoir face aux clients. Au cours de l’entraînement, on apprend aussi à se vendre, on travaille sur soi, sur son pitch, c’est très enrichissant.

 

As-tu une anecdote sur ton vécu à la CA ?

J’ai apprécié les challenges qui étaient organisés et qui motivaient toute l’équipe. Ce sont ces mises en situation qui m’ont permis de me confronter au terrain et d’être opérationnel en peu de temps pour une personne comme moi qui n’était pas du métier.

 

 

Quel a été pour toi le moment « déclic » ?

Lorsque le coach a appuyé sur les traits de caractère de chacun pour en faire des atouts, je me suis dit que j’étais capable d’être commercial et de monter en puissance.

 

Ta vision de commercial a-t-elle évolué ?

Oui, j’avais une vision du commercial bavard et sûr de lui alors que cela ne correspond pas du tout au commercial d’aujourd’hui à l’écoute de ses clients, dans l’empathie… La Commercial Academy m’a conforté car je suis de nature réservée, cela correspond plus à mon état d’esprit.

 

Et aujourd’hui, où est-ce que cette expérience t’a mené ?

Aujourd’hui, je suis chef de secteur chez CARON PISCINES, une société nantaise avec des directions régionales. C’est la société où j’ai réalisé mon immersion et où je travaille depuis plus d’un an.

Ma mission est de commercialiser et d’introduire la marque sur le marché des Landes et des Pyrénées-Atlantiques. Pour cela, je travaille énormément en relation avec des réseaux d’entreprises pour asseoir la notoriété de la marque CARON. Je fais aussi de la prospection auprès des professionnels (architectes, maîtres d’œuvre, paysagistes, agents immobilier…). Je m’occupe également du suivi de chantier et j’accompagne mes clients tout au long du parcours d’achat jusqu’à l’utilisation de leur piscine.

 

Un dernier mot sur la Commercial Academy ?

Le concept fonctionne et j’en suis la preuve ! L’immersion a confirmé que je suis fait pour ce métier et à rassurer mon employeur vu que je n’avais pas d’expérience dans ce métier.

La démarche de recherche d’emploi pro-active dans laquelle la Commercial Academy nous positionne est un véritable tremplin pour trouver un emploi de commercial.

30 octobre 2018

Hugo a intégré la Commercial Academy pour être opérationnel rapidement !

Présente-nous ton parcours…

Après plusieurs années d’expérience dans l’hôtellerie restauration, j’ai travaillé à mon compte dans l’organisation d’événements. Lancé dans mon esprit entrepreneurial, j’ai souhaité monter ...

Lire la suite

22 octobre 2018

Social selling : l’art du business sur les réseaux sociaux

La vie en société est régie par des codes, connus et acceptés de tous. Les réseaux sociaux sont une sorte de société numérique. C’est pourquoi ...

Lire la suite

11 octobre 2018

Comment Marlène a réussi à allier le marketing avec le métier de commercial ?

Présente en quelques mots ton parcours.

J’ai étudié dans une école de commerce en alternance, j’ai passé un an dans le secteur de l’hôtellerie puis une ...

Lire la suite

25 septembre 2018

5 astuces pour passer les barrages téléphoniques

Lorsque vous prospectez par téléphone, les standardistes peuvent vous empêcher d’entrer en contact avec la personne souhaitée. C’est ce qu’on appelle le barrage téléphonique, souvent ...

Lire la suite